Les temps de travail moyens en Europe : dans quels pays travaille-t-on le plus ?

Storhy vous propose un focus sur les temps de travail en Europe. En nous penchant sur la productivité des entreprises en fonction des pays, nous mettrons en avant les différences d’un pays à un autre en termes de gestion du temps de travail tout en s’appuyant sur les obligations légales de chaque pays.

 

Le temps de travail en France un pays qui travaille peu ?

Si l’on s’appuie uniquement sur l’analyse des chiffres, on peut estimer qu’en termes de durée de travail, la France est l’un des pays de l’Union Européenne qui travaille le moins. Pour souligner cette hypothèse, une étude « Enquête sur les forces de travail » menée par l’Institut européen Eurosat, a mis en avant cette particularité jugée « atypique ».

Cependant, la durée de travail n’est pas un réel facteur à prendre en compte pour évaluer la gestion du temps de travail dans un pays. Même si cela peut paraître paradoxal, la gestion du temps de travail s’appuie avant tout sur la nature du poste et des missions et donc de la productivité en fonction des missions.

En d’autres termes, un pays dont le temps de travail est inférieur à un autre ne remet pas en cause sa productivité. Il est donc possible de « travailler moins » en termes de durée, mais de produire plus.

Le temps de travail en Suisse : la culture de l’effort

Culturellement, la Suisse place le travail au centre des intérêts du pays puisque que travailler est réellement perçu comme un acte citoyen contribuant à l’effort collectif du pays. De ce fait travailler, et à fortiori occuper un bon emploi est très apprécié en Suisse.

Notez qu’en Suisse, le temps de travail hebdomadaire est fixé par la loi entre 40 et 50 heures en fonction du secteur d’activité concerné.

Comparativement si l’on se concentre sur les contrats à temps complet, les français travaillent en moyenne 39,1 heures par semaine, contre 44 heures pour les suisses.

 

Le temps de travail en Europe : des chiffres difficilement comparables

Chaque pays possédant une législation particulière concernant le monde du travail, l’emploi en général et une économie différente ; il est difficile de comparer de manière concrète les pays les uns aux autres.

(Source Eurostat « enquête sur les forces de travail »)

En revanche, on observe certains phénomènes en fonction des pays. De manière globale, la réduction du temps de travail réduirait le taux de chômage puisque des contrats moins importants pourraient être crées. C’est le cas en Allemagne : les contrats à temps partiels sont de plus en plus développés par les employeurs. Ils privilégient ainsi l’accès au travail aux nouveaux arrivants sur le marché de l’emploi et aux chômeurs en reprise d’activité.

Cependant il est essentiel de souligner qu’un contrat à temps partiel diffère significativement d’un pays à un autre, de ce fait les comparaisons sur le plan de la durée d’un contrat sont peu pertinentes en réalité.

 

La productivité en Europe : temps de travail et productivité

Selon la même étude, le Luxembourg, la Belgique, les Pays-Bas et l’Irlande sont les pays les plus productifs de l’Union Européenne juste devant la France, et cela malgré certaines particularités. Effectivement, en ce qui concerne les Pays Bas par exemple, plus de la moitié des salariés sont embauchés en contrat à mi-temps. Pourtant ce pays est bien l’un des plus productifs d’Europe. Encore une fois, la durée de travail n’est donc pas liée à la productivité.

 

La productivité en France : des chiffres encourageants

Si la France n’est pas en tête de l’Union Européenne en terme de temps de travail, au niveau de la productivité, elle n’a rien à envier à ses voisins de l’UE ! En effet, selon un calcul basé sur le PNB (Produit National Brut) divisé par le nombre de personnes possédant un emploi, le tout rapporté à la productivité européenne, la France obtient un taux de 128,5 alors que l’Allemagne bénéficie d’un taux de 126,9 et le Royaume-Uni quant à lui d’un taux de 99,4.

Ainsi avec un temps de travail similaire, la France est donc plus productive que la plupart des autres pays européens.

 

La productivité en Suisse : un pays en perte de vitesse ?

En 2018, selon une analyse d’un collaborateur scientifique du SECO, le taux de productivité de la Suisse a diminué par rapport à celui que le pays connaissait dans les années 70. Proportionnellement, l’analyse démontre même que si les français effectuaient le même nombre d’heures de travail que les suisses, ils bénéficieraient d’un niveau de vie 8% supérieur.

La Suisse possède une productivité remarquable grâce à une politique de l’emploi assez unique qui consiste à commencer à travailler jeune et partir à la retraite tard, le tout boosté par la main d’œuvre étrangère. Autrement dit, par rapport à sa taille, ce pays compte de nombreux travailleurs.

 

Gérer la productivité et le temps de travail en entreprise

Pour optimiser la productivité en entreprise, l’utilisation d’outils de gestion des temps est un soutien non négligeable. Même pour les PME, cela assure une évaluation efficace du niveau de productivité et un suivi sur-mesure. Ces outils de gestion des temps permettent aux managers et aux responsables RH de mieux organiser le temps de travail des collaborateurs en toute simplicité.

L’intérêt de ces outils est qu’ils sont facilement adaptables aux législations en vigueur. Par exemple, les solutions sont paramétrables suivant les différentes directives mises en place par les gouvernements, comme la directive du SECO pour la Suisse. Avec un outil de gestion du temps de travail, les entreprises gagnent en productivité et en autonomie car les procédés sont automatisés et à la portée de tous. Ainsi le pointage devient beaucoup plus facile à gérer, pour permettre aux acteurs concernés de se concentrer sur un aspect plus important de leur travail.

Ce type de solutions simple et efficace s’adresse notamment aux PME. En effet il n’est pas nécessaire d’être à la tête d’une grande entreprise pour bénéficier de solutions SIRH. Le renseignement des informations se fait de manière rapide et relativement fluide pour permettre à tous les acteurs de l’entreprise d’optimiser leur temps de travail.

Ces solutions sont en réalité des outils de mutualisation au travers desquels collaborateurs et managers ont la possibilité de partager des informations importantes. Grâce à ce genre d’outils, les erreurs sont limitées et les anomalies indiquées.

 

Comme nous venons de le voir, comparer les temps de travail d’un pays à un autre est une démarche hasardeuse. En effet, les temps de travail ne sont pas corrélés à la productivité. C’est d’ailleurs ce facteur qu’on préférera prendre en compte pour mesurer l’efficacité d’un pays.

Vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur la gestion des temps de travail ? N’hésitez pas à contacter les équipes Storhy ou souscrire à un essai gratuit de notre solution RH.

Laisser un commentaire