intrapreneuriat-pme

L’intrapreneuriat : un atout pour votre PME ?

Né dans les années 70, le concept d’intrapreneuriat qualifie la démarche d’un ou plusieurs collaborateurs qui portent un projet innovant au sein de l’entreprise. Visant à insuffler l’esprit d’entreprendre au sein de l’entreprise, l’intrapreneuriat encourage la prise de risque et le développement de l’innovation au sein de l’entreprise, avec une plus grande sécurité. Les collaborateurs demeurent salariés de l’entreprise en montant une structure en interne, ce qui sécurise tant le porteur de projet que l’entreprise.

Véritable approche managériale à part entière, facilitée par la transformation numérique, l’intrapreneuriat se développe de plus en plus et présente de nombreux avantages notamment pour les PME.

L’intrapreneuriat comme approche managériale à part entière

L’intrapreneuriat peut prendre différentes formes. A l’initiative d’un ou plusieurs collaborateurs, sur demande de la direction de l’entreprise, dans tous les cas, l’objectif est le même : apporter une solution innovante au sein de l’entreprise.

De nos jours, les 2 formes de démarches intrapreneuriales les plus répandues sont l’incubation de projets digitaux et la RSE. Dans le 1er cas, l’entreprise incube un projet permettant d’intégrer le digital aux produits, services ou process de l’entreprise.  Dans le second, le projet adopte une vocation sociale ou environnementale pour valoriser ce pan de l’entreprise. Par exemple EBay, en 2011, qui décide de proposer des emballages réutilisables à ses utilisateurs, suite au projet Green Box, mené à bien par ses salariés.

Sans se substituer à l’organisation globale de l’entreprise, le projet intrapreneurial vient compléter la structure qui doit cependant être en mesure de s’adapter à ce modèle d’organisation. L’idéal étant que le projet, une fois viable, soit intégré par l’entreprise et ne continue pas à vivre à part.

Face à des nouvelles générations sur le marché du travail qui montrent des attentes différentes en terme de bien-être au travail et de management, l’intrapreneuriat peut constituer une réponse adaptée. Appuyé sur le concept d’empowerment, l’intrapreneuriat permet de diminuer les frustrations des employés en valorisant les talents, qui recherchent des solutions aux enjeux de leur entreprise.

En les investissant sur un projet collaboratif innovant qui met en avant les compétences de vos collaborateurs et leur permet d’en développer de nouvelles, vous diminuez en effet le risque de fuite de vos talents.

Néanmoins, cette approche impose aussi de sortir du cadre managérial traditionnel et d’accepter de devenir une direction qui soutient, coache et accompagne le projet et les porteurs de projet. En ce sens, l’intrapreneuriat ne peut être vecteur de réussite que si l’entreprise accepte de mettre en avant des techniques de management adaptées en laissant à la fois une véritable liberté d’entreprendre aux porteurs de projets et en accompagnant le projet plutôt qu’en le contrôlant.

Ce travail en mode start-up doit avoir pour but de favoriser l’intelligence collective en conditionnant le développement de l’entreprise à l’instauration d’un management disruptif qui valorise le challenge. Cette démarche doit impliquer l’ensemble des collaborateurs depuis la direction, les RH, la finance… Mais le rôle de la DRH est essentiel. C’est à elle que va revenir la tâche d’orchestrer et de faciliter la mise en œuvre des projets en aménageant les parcours professionnels des collaborateurs impliqués. A elle de faire bouger les lignes du talent management pour identifier les bons profils, pas uniquement scolaire pour mener à bien ces projets. Par ailleurs, c’est aussi à la DRH de préparer la suite : quand le projet est intégré à l’entreprise, la DRH doit anticiper le retour du ou des intrapreneurs au sein de la structure traditionnelle de l’entreprise.

Envisagé comme approche managériale globale, l’intrapreneuriat, bien mené, va permettre :

  • De faire évoluer la culture d’entreprise : il encourage de nouveaux comportements et de nouvelles façons de concevoir l’entreprise.
  • De générer de nouveaux revenus : le projet doit servir le développement de l’entreprise et donc ouvrir vers de nouveaux marchés ou de nouvelles activités.
  • De réduire les coûts : le projet encourage aussi l’évolution des pratiques et des process internes. En permettant de revoir l’organisation, il doit permettre de faire en sorte de rationaliser les coûts relatifs à celle-ci.

Valoriser les potentiels de votre PME

Parce qu’il permet de renforcer l’engagement et la motivation des collaborateurs mais surtout qu’il est porteur de solutions concrètes, l’intrapreneuriat peut constituer un véritable vecteur de croissance pour les PME. Souvent envisagée dans les grandes entreprises, cette démarche constitue pourtant un véritable atout pour les PME qui bénéficient du terreau et de la flexibilité nécessaires pour mener à bien ce type de projet.

Quelle que soit sa forme, pour que l’intrapreneuriat soit une réussite il suppose :

  • Un certain degré d’ouverture aux nouvelles idées,
  • De cultiver l’esprit d’innovation,
  • La capacité à exploiter la proximité entre employés et l’ensemble de leurs talents,
  • Offrir une récompense ou valorisation aux porteurs de projets.

Des qualités que possède souvent une PME en son sein par sa taille réduite et sa faculté d’adaptation bien plus grande qu’une grosse structure. Encore faut-il oser se lancer !

Pour faciliter sa mise en œuvre au sein de votre PME, voici dons les 5 axes incontournables qui conditionneront le succès du projet :

  • Miser sur l’initiative de vos employés.

Soyez à l’écoute de vos collaborateurs et de leurs idées. Insufflez un esprit d’initiative, à travers votre communication interne et différents ateliers, par exemple. Soyez clairs sur vos objectifs et les besoins de l’entreprise afin de créer des sources d’opportunités pour vos collaborateurs qui auraient l’esprit d’entreprise. Orientez-les sur les pistes stratégiques nécessaires à votre développement.

  • Rechercher vos intrapreneurs

N’hésitez pas aussi à identifier vos talents en interne à les valoriser en leur proposant directement de devenir porteurs de projet. Intégrez dans votre GRH la détection des profils qui peuvent devenir des intrapreneurs par les compétences et le savoir-être qu’ils démontrent au sein de l’entreprise.

  • Mandater une équipe

Une fois le ou les porteurs de projet identifiés, vous devrez orchestrer la mise en œuvre de l’équipe projet au sein de l’entreprise. Mandatez officiellement l’équipe en délimitant le périmètre projet ensemble, cela passe notamment par un acte officiel qui permet de cadrer les fonctions de l’équipe et les moyens mis en œuvre.

  • Inviter l’ensemble de vos employés à collaborer

Pour faciliter l’intégration du projet au sein de votre PME, il est indispensable d’inviter l’ensemble des employés à y prendre part. Compte-tenu de la taille de votre structure, ce type de projet ne peut être mené à l’écart des autres. Il doit au contraire valoriser la force collective. S’il y a bien une équipe pilote ou un porteur de projet, rien n’empêche d’être incluant avec des consultations des employés, par exemple, ou en valorisant certaines compétences sur un point du projet.

  • Accompagner le projet en donnant les moyens de réussir

Votre rôle en tant que gérant de PME est d’accompagner au mieux le projet. Donnez les moyens à votre équipe de réussir.  Devenez coach mais investissez aussi dans la réussite du projet. Cela passe notamment par la mise en place des bons outils, d’un plan de formation si nécessaire, mais aussi la mise en œuvre de process qui facilitent le développement du projet et la communication au sein de votre entreprise autour de cette démarche.

Laisser un commentaire